La Préfecture de la Sarthe prend de nouvelles mesures de restrictions

En dépit des mesures de confinement prises en début de semaine, les autorités déplorent une fréquentation importante de certains espaces de loisirs et de promenades. Lesquels sont donc désormais strictement interdits au public.


L’État et la Préfecture de la Sarthe ont décidé de durcir le ton pour obliger la population à vraiment rester chez elle. Au vu du nombre de promeneurs dans les parcs ces derniers jours de beau temps, des mesures plus restrictives en matière de déplacement ont été mises en place. Depuis ce samedi, la fréquentation de certains espaces de loisirs et de promenades est interdite par un arrêté préfectoral en date du 20 mars 2020. Sont interdits pour toute la population :

  • L’accès et la circulation dans les forêts publiques et privées sauf aux propriétaires forestiers ou ayants droit et à tous ceux qui exploitent la forêt dans le respect des mesures barrière,
  • La navigation sur les cours d’eau, lacs et plans d’eau publics ainsi que l’accès aux cours d’eau, aux lacs et plans d’eau publics et leurs rives, aux parcs et jardins publics, qu’ils soient clos ou non, aux installations sportives de plein air et aux aires de jeux,
  • La pêche de loisir,
  • La chasse et la destruction des nuisibles. Le piégeage est interdit et les pièges doivent être désactivés. L’agrainage est interdit.


Les professionnels travaillant en forêt, le long des cours d’eau, lacs ou plans d’eau, dans les parcs et jardins publics, les services de santé et les agents des services publics qui circulent dans le cadre de l’exercice de leurs fonctions ne sont pas concernés.


Ces mesures d’interdictions sont applicables immédiatement et jusqu’au 31 mars 2020. Leur non-respect peut être sanctionné selon les lois et règlements en vigueur, notamment l’article R610-5 du code pénal.

Arrêté Préfectoral du 20 mars 2020




Les services communautaires s'adaptent

Pour freiner la propagation du coronavirus, l'ensemble des bâtiments communautaires sont fermés au public.
Néanmoins, les services communautaires poursuivent leurs missions et restent joignables.